Respiration Consciente

L’ego

L’ego est aujourd’hui le sujet de cet article, car bien le comprendre est essentiel pour affiner sa relation avec soi-même, gérer ses émotions, et clarifier ses choix.

Qu’est ce que l’ego ?

Pour lui donner un premier sens large, on pourrait dire que l’ego est notre manière habituelle, conditionnée – de définir et de lire notre personne mais aussi la vie, les relations, le travail, l’argent, l’amour… L’ego est la partie de nous-même qui croit tout connaître sur nous et sur la vie, et nous incite à souvent réagir et appréhender avec les mêmes réflexes notre vie. Ces habitudes ce sont les croyances émanant de notre éducation (parentale, scolaire, religieuse et autres), de l’influence de la société, de notre manque de confiance en soi et de connaissance de soi. Ecouter son ego et agir selon, c’est diriger sa vie sans se questionner consciemment sur ses ressentis, ses valeurs, ses pensées, ses émotions, ses aspirations. « On m’a toujours dit que…alors je fais ainsi ». Oui, mais est ce vraiment ce que vous ressentez juste pour vous ou bien est-ce ainsi que vous envisagez votre vie? Votre entourage et la société peuvent penser « blanc » et vous pouvez aussi penser comme eux, mais à condition de vérifier si vos valeurs, vos rêves et vos sensations sont en harmonie avec cette vision.


Comment repérer notre ego ?

Notre ego est l’opposé de notre vraie nature. C’est la partie de nous qui veut toujours avoir raison et n’accepte pas de se tromper. Pour cela il nous arrive de nous entêter, au lieu de cultiver un regard neuf, une nouvelle solution. L’ego n’aime pas se remettre en questions, car c’est plus simple, plus confortable. Il n’y a rien à changer, rien à faire évoluer. On ne se confronte pas à l’inconnu, à nos limites pour les dépasser, on ne prend pas de risques. C’est aussi lui qui nous laisse résister à une situation inconfortable, imprévue au lieu d’accepter, de lâcher prise et en ressortir plus éveillé, plus grand. L’ego alimente la peur. La peur de l’inconnu, d’échouer, de ne pas être approuvé, aimé…. Lorsqu’on réagit avec la peur c’est forcément notre ego. Il n’aime pas la nouveauté, les challenges, l’engagement, le changement, la remise en questions. En suivant notre ego, on peut rester enfermer dans des schémas répétitifs inconfortables et déplaisants. Au lieu de se demander pourquoi je ne suis pas heureux? en bonne santé? en couple ? à un poste qui me plaît ? on végète dans une souffrance qui nous éloigne de notre vraie nature.

Pourquoi l’ego nous éloigne de notre vraie nature ?

L’ego nous nourrit d’illusions. Il aime avoir des idées arrêtées sur tout, pour pouvoir passer plus vite à autre chose. Il aime avoir plusieurs « os » à ronger, en fait il adore nous laisser plein de problèmes en tête – même s’ils n’ont pas lieu d’être. Il se projette dans le futur et fait naître des inquiétudes, il revient dans le passé et ressort des regrets ou de la culpabilité. Son passe-temps favori ; nous éloigner du bonheur – de la sérénité de l’instant présent. Il nous maintient dans l’illusion que le bonheur c’est compliqué voire inaccessible, avec des cogitations incessantes, nous empêchant de nous détendre, de nous laisser aller. Pour laisser parler notre vraie nature et notre coeur, notre esprit doit se libérer de tout bavardage d’inquiétudes et de projections qui ne sont qu’ illusions. L’ego vit dans le passé et dans le futur, mais jamais dans l’instant présent.

 » Le futur dépend de ce que nous faisons de notre présent «  Gandhi

L’ego nous sépare de nous, du monde car il émet un jugement sur tout – en fonction de ce qu’il croit juste. Ecouter notre nature nous ramène à une harmonie et une paix intérieure. Cette sérénité nous éloigne de tout jugement, car elle alimente notre capacité à positiver, à respecter la vie, les personnes, soi-même et à nous sentir plus libres. Lorsqu’on se sent libre, les perturbations sont plus vite résolues et transformées grâce notre esprit neutre, créatif et disponible. L’ego et notre vraie nature cohabitent et sont indissociables. Il n’est pas question de chasser notre ego, car cela reviendrait à diviser, séparer. Il nous appartient de lui laisser une place constructive dans nos choix, actions et manière d’être. Nous avons grandi et appris grâce à lui en partie. Exemple : Si je n’ai pas la peur d’échouer à un examen, je n’aurais peut être pas l’occasion de vérifier si je fais le nécessaire pour obtenir mon examen. Là l’ego est à mon service. Si j’ai peur d’échouer, au point de ne pas passer mon examen. Dans ce cas là, mon ego me dessert, il est alors nécessaire de défaire ce mécanisme de peur, par la compréhension – si j’échoue qu’est ce qui se passe pas pour moi? cela justifie-t-il de ne pas passer mon examen? Comprendre pourquoi nous avons peur, c’est-à-dire défaire le mécanisme limitant (pensées, à priori, croyantes) que nous avons mis en place, voilà ce que je propose à mes clients.

Si vous souhaitez résoudre un blocage ou clarifier un choix, une situation contactez-moi.