Your address will show here +12 34 56 78
Les bases
Ce n’est que la semaine dernière que j’ai fait le point sur l’année écoulée. C’est seulement à cet instant là que j’étais prête pour apprécier le chemin parcouru ces derniers mois. Alors que depuis des semaines, je savais que c’était important que je me pose pour analyser les avancées et ce que je voulais améliorer, avant d’aborder la suite. Mais au lieu de m’y obliger, j’ai lâché prise sur le fait que ce bilan, pour l’instant, je n’avais pas envie de le faire.


Pourquoi je vous parle de ça ?

Comme beaucoup de situations, j’ai réalisé que tout arrive à point nommé. Il y a réellement un timing à respecter dans la vie.
Peu importe le moment où vous avez le déclic de ce que vous avez vécu et pourquoi ça vous est arrivé. L’essentiel est de capter le message au moment où il arrive – comme une évidence – parce que c’est là qu’il prend tout son sens et sa profondeur.
J’ai souvent eu tendance à vouloir forcer les choses, pour être sûre que ça se fasse, pour être dans les clous, pour être satisfaite de moi et surtout pour maîtriser ( enfin, avoir l’impression que je maîtrisais).
Alors qu’en réalité nous ne contrôlons rien de ce qui nous arrive et nous n’avons rien à gagner en forçant les situations.

Comment accepter le timing que la vie nous impose ?

Beaucoup de mes clients souhaitent améliorer leur capacité à lâcher prise. (et moi aussi d’ailleurs ;-))
Je leur explique toujours que ça ne s’apprend pas, ça se vit ! Comme la confiance, le lâcher prise grandit dans l’action et l’expérimentation.

Voici les 3 étapes pour vivre le lâcher prise :

1_ Avant tout, mettons-nous d’accord sur la définition du lâcher prise.

Lâcher prise, c’est être ok avec ce qui vous arrive et se dire qu’il y a une bonne raison à cela ! Accepter ne signifie pas se résigner, laisser faire ou encore laisser tomber. Bien souvent, plus vous allez à l’encontre de ce que vous vivez plus les situations persistent. En vous mettant dans une posture d’acceptation, d’accueil, vous permettez à la vie de vous emmener exactement là où vous devez être pour grandir, vous épanouir, vous réaliser.
Exemple : vous travaillez depuis des mois sur un projet professionnel qui vous tient à coeur, finalement rien ne se passe comme prévu et vous n’obtenez pas le succès escompté. 2 attitudes sont possibles face à ce résultat :

– soit vous vous découragez au point de perdre confiance en vous et votre projet,
– soit vous  reconnaissez avoir fait de votre mieux et décidez de passer à autre chose persuadé qu’il y a mieux qui vous attend par la suite.
C’est précisément ça le lâcher prise, se détacher du résultat et s’ouvrir à la suite, ne pas buter sur ce que vous êtes en train de vivre, voir toujours au-delà et garder confiance en vous et la vie.

2_Cultivez détente et sérénité grâce à votre respiration.

Lâcher prise est une question d’attitude que vous pouvez plus facilement atteindre dès lors que votre mental est apaisé par votre respiration.
Pensez à vous focaliser sur votre respiration pour dépasser tout ce qui ne vous plaît pas, vous bouscule. C’est le premier pas vers le lâcher prise. Si vous êtes tenaillés par votre mental, votre corps se crispe. Grâce à votre respiration,vous alignez votre corps et votre esprit dans le sens de ce que vous voulez vivre.

3_Comprenez la leçon de l’expérience.

Plus vite vous apprendrez de la situation, plus vite vous en sortirez.
Même si à l’instant T, vous vous sentez confus, désemparés, vivez ces sentiments sans jugement particulier. Le cadeau va finir par apparaître. Combien avez-vous vécu de situations difficiles, inattendues ou encore injustes au premier abord et vous réalisez au final qu’elles ont été nécessaires ?

J’accompagne mes clients à toujours valoriser leur passé  pour évoluer avec plus de sens, de clarté et de fluidité, si vous souhaitez cultiver plus de lâcher prise contactons-nous pour un premier échange.EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

0

Vous connaissez mes deux principaux outils la respiration consciente et la réflexologie plantaire ainsi que mon parcours. Il est temps aujourd’hui que je vous présente ma méthode de développement personnel. Le développement personnel tel que je le conçois, tel que je l’ai découvert et tel que je le pratique.

Donner du sens à ce que l’on vit pour redonner sens à sa vie

L’accompagnement que je propose, s’adresse à des personnes qui au-delà d’une quête du bonheur et du bien être cherche leur vérité, leur véritable nature. Etre heureux peut facilement se cultiver. Si mon job n’est pas celui de mes rêves, à la fin du mois, son bon salaire me permet de compenser avec des achats compulsifs et souvent inutiles. Si mon couple n’est pas celui que j’avais imaginé, il survit avec des projets ; voyage, bébé, maison…pour ne pas s’apercevoir que ça cloche! On agit, on projette, on regarde plus le futur que le présent, pour ne pas réaliser qu’on est peut être à coté de la plaque, à côté de soi. Si je ne prends pas de temps pour mes rêves, mes passions, c’est que j’ai de bonnes raisons de les laisser dormir, donc tout va bien, je maîtrise, je rationalise, j’avance.

Et puis un jour, ça craque, ça lâche, ça bloque. Il n’y a plus de motivation, d’énergie, d’envie. Il semble ne plus y avoir de sens dans notre vie. Le sens de notre vie est flou. Et pourtant ce qui se passe a un sens qu’il est urgent de saisir! Dépression, accident, maladie, maux chroniques, profond mal être, séparation, schémas répétitifs apparaissent et peuvent s’installer. Il faut parfois en arriver là pour décider de ne plus fuir ou nier les évidences.

Reconsidérer ses croyances, pour choisir sa vie

Quand les maux sont intenses et les mots confus, j’accompagne mes clients sur plusieurs mois à comprendre ce qu’ils vivent de difficile, douloureux, voire même effrayant pour mieux le résoudre. Bien plus qu’une pensée positive, un dialogue, une écoute, je leur propose de remonter à la pensée racine, à la croyance qui les a menés à cette situation qu’ils veulent transformer, faire évoluer et/ou ne plus rejouer. La respiration consciente facilite la prise de conscience des pensées limitantes. Elle favorise aussi la libération des blocages et traumatismes inconscients. Une fois cette croyance identifiée, il s’agit de la remplacer par une affirmation alignée avec ses valeurs et ses intentions. Puis tout l’enjeu, est de permettre à ces affirmations de se pérenniser. Si la respiration facilite la libération de notre inconscient, elle favorise aussi l’intégration de nos nouveaux schémas de pensées.

Vers une résolution durable des difficultés

Mon ambition est de permettre à mes clients une résolution durable à leurs difficultés quelque soit leur nature. Ils sont acteurs dans cette méthode. Tout l’enjeu étant de leur transmettre des techniques simples et applicables à tout moment et toute circonstance pour leur équilibre physique et émotionnel. Observer et comprendre nos pensées, élèvent notre conscience. Prendre du recul sur notre propre fonctionnement c’est avant tout accéder à notre espace intérieur souvent méconnu. Notre vie est le reflet de notre monde intérieur. Pour prendre soin de notre monde intérieur, j’incite mes clients à cultiver la détente par des exercices de respiration, des étirements. Savoir se relâcher est essentiel tant pour le corps que pour l’esprit. Ma démarche de développement personnel privilégie autant l’apprentissage d’une détente du corps qu’une détente de l’esprit.

Comprendre, résoudre, respirer et se détendre sont les maîtres mots de mes services de consultante en bien être et développement personnel.

0

« Je suis maître de mon destin et capitaine de mon âme. » William Ernest Henley

J’ai terminé mon dernier article en abordant le concept de l’autorité, car il est souvent mal connu, mal défini et se trouve à l’origine d’un grand nombre des difficultés que l’on peut rencontrer. Avant de poursuivre, je vous invite à vous demander qu’est ce que l’autorité ? Répondez par écrit ou à voix haute à cette question, mais prenez le temps d’y répondre ( sans consulter wikipédia! :-)).

J’ai abordé l’autorité de ma vie, il y a quelques années lors de ma formation de praticienne en respiration consciente, et je réalise aujourd’hui à quel point, ce concept étant si flou à cette époque, beaucoup de difficultés en découlaient. En prenant le temps de définir l’autorité et d’observer comment je la manifestais dans ma vie, j’ai fait avancer beaucoup de domaines de ma vie pro et perso.

DEFINITION

En quelques mots l’autorité peut se définir comme :

La capacité naturelle de chacun à diriger sa vie. C’est se reconnaître l’unique source, l’unique protagoniste de sa vie. L’autorité, c’est être convaincu de ses certitudes. C’est interpréter, comprendre, utiliser tout en sa faveur pour son plus grand bien et celui des autres.

QUELLES SONT LES CONSEQUENCES D’UN MANQUE D’AUTORITE?

– Le Dispersement : je demande toujours un avis extérieur, je n’écoute pas mes ressentis et je ne leur fais pas confiance.

– L’ Insatisfaction: ce que je vis, ne me satisfait pas ou peu, car je vis (inconsciemment) ma vie en fonction des opinions et des retours des autres.

– La Démotivation, fatigue chronique : J’avance sans savoir précisément où je vais. Je fais pour me rassurer, me prouver que j’avance, mais rien ne se passe comme je l’avais imaginé. Je m’épuise et me démotive.

– La Culpabilité : vivre sa vie en fonction des conseils des autres, c’est confortable (un temps), car on se fond dans la masse. Toutefois, à trop vouloir s’aligner aux autres, on peut finir par culpabiliser dès que l’on tente de vivre ce qui nous semble juste et en accord avec notre véritable nature.

– Le déficit d’estime de soi : sans une autorité claire, il n’ y a pas d’ancrage, les buts sont flous et le goût de la vie fade. Le regard sur soi est dévalorisé.

– La Peur de l’avenir due à un trop grand nombre d’incertitudes.

– La Colère : je vis souvent des schémas répétitifs générant frustration dans ma vie.

– Malaises et maladie : le corps peut traduire sous différentes formes les émotions listées ci-dessus

CE QUI NOUS ELOIGNE de NOTRE AUTORITE

– Le scénario de notre naissance : notre premier rapport à l’autorité se passe avec notre accoucheur. La manière dont il nous réceptionne du ventre de notre mère, va influencer notre vision de l’autorité. Ex : un enfant qui naît avec des forceps, peut avoir tendance à l’âge adulte à toujours avoir besoin d’avis extérieurs pour faire ses propres choix. La respiration consciente est une méthode permettant justement de se défaire des conditionnements (bien inconscients) liés à notre naissance.

Nos peurs : quelles qu’elles soient, peuvent nous empêcher de vivre notre vie en fonction de nos valeurs et aspirations. Notre méconnaissance de notre véritable nature : Il y a un proverbe chinois qui dit « celui qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va » et je trouve qu’il a énormément de sens pour qui veut prendre les rênes de sa vie en main. La comparaison : si je regarde ma vie, mes envies en les comparant à celles des autres, je perds tout mon alignement. C’est-à-dire que je ne suis plus connecté à mon coeur, mon corps et mon esprit. Je focalise mon attention sur ce ce qui se passe à l’extérieur et non sur ce que me souffle mon for intérieur. Le jugement :  » Seul mon jugement me condamne » Un cours en miracles En jugeant les autres et/ou soi-même, nous créons une séparation qui nous éloigne de notre paix intérieure nécessaire à notre créativité. Juger c’est manquer de respect et d’estime pour soi et les autres. Parce que l’autorité est un concept important dans une démarche de bien être et épanouissement personnel, j’accompagne mes clients à la déployer dans leur vie avec naturel, douceur, clarté et efficacité. Si vous souhaitez des renseignements sur l’accompagnement que je peux vous proposer, contactez moi ici.
0

Ce qui mènent mes clients à faire un bout de chemin avec moi, c’est avant tout le fruit d’un ras le bol et l’envie de faire évoluer les aspects de leur vie qui ne les satisfont plus. Quand ils en ont assez de vivre des récurrences, ils sont prêts à se remettre en questions en observant leur manière d’être, d’agir et de penser. De cette observation découle la compréhension de leur dynamique émotionnelle et leurs habitudes qui les inscrits dans des schémas répétitifs dont ils veulent sortir.

 » J’ai compris comment je fonctionne, mais comment en sortir maintenant? »

Très vite, en début de parcours, mes clients en viennent tous à me poser la même question :  » Mais comment faire pour changer?  » Après la phase de prise de conscience vient la phase de changement. C’est-à-dire faire évoluer ses comportements et ses perceptions du monde et des situations. Soutenu par les temps de respiration lors de nos séances, le changement s’opère au niveau de nos croyances.

La dynamique de nos croyances

La croyance est le processus mental expérimenté par une personne qui adhère à une pensée, de façon qu’elle la considère comme vérité. Cette vérité fait constamment partie de la réalité quotidienne, même si elle ne nous satisfait pas. La particularité d’une croyance est qu’elle est ajustée, à notre propre réalité. Elle est considérée comme vraie et projetée sur notre perception de la réalité. Elle est investie d’un dynamisme par le biais d’un ensemble de schémas avec lequel, on pense, on sent, on agit. Si je modifie mes croyances, j’améliore tous les aspects de ma vie que je désire.

Changer ses croyances c’est (ré)unifier le corps, le coeur et l’esprit pour laisser s’exprimer sa véritable nature. Révéler sa profonde nature, c’est décider et agir selon ses intuitions et s’en alignant avec « qui je veux être ». Nos croyances se reflètent à travers ce que l’on vit mais aussi à travers notre corps. J’ai parlé dans un article précédent de Louise Hay, thérapeute reconnue au niveau international, auteur de plusieurs best-sellers. Dans son livre « D’accord avec ton corps » elle liste les différents symptômes avec la cause psychologique et la pensée positive associée. Je vous recommande fortement ce livre qui nous guide avec justesse pour affiner la conscience et le respect de notre corps.

Pourquoi modifier ses croyances?

En quoi reconsidérer ses croyances améliore – t- il notre vie? Pour répondre à cette question, voici quelques extraits d’un entretien de Pascal de Gail-Athis, sur l’excellent magazine des bonnes nouvelles « Le Provocateur de Sourires ». Pascal de Gail-Athis, est psychobiologue, co-créatrice et directrice artistique du Centre des Arts Holistiques à Paris.

(…) »Ce sont nos addictions émotionnelles qui nous entraînent dans nos habitudes de fonctionnement.

Nous pré-fabriquons notre réalité, nous créons la matière de notre quotidien à partir de nos croyances que nous en ayons conscience ou non. Mais si nous en sommes conscients, nous pouvons utiliser cette illusion pour vivre nos véritables désirs. Nous ne sommes plus le simple spectateur de notre vie, mais le créateur pluriel de nos expériences dans un univers participatif. C’est avec ce changement de perspectives que notre réalité peut basculer immédiatement, alors que nous avons souvent l’impression que le chemin pour mettre fin aux processus qui ne nous conviennent pas, est forcément long et compliqué : c’est ce qu’on appelle faire un saut de conscience, un saut quantique … »

Notre seule limite c’est nous

Selon la nouvelle compréhension des choses tout ce qui survient dans nos expériences découle de ce que nous avons accepté comme vrai à l’égard de notre réalité. En fait nous ne sommes limités que par la perception que nous avons de nous-mêmes. Mais réalisons-nous que sommes habités de potentialités qui dépassent l’entendement ? La conscience de notre plasticité neuronale est là pour ébranler dès à présent notre vision du monde. Avec cent milliards de neurones et dix mille milliards de synapses, réalisons-nous aujourd’hui que les pensées que nous émettons ou recevons sont en mesure d’influencer les informations cellulaires ainsi que l’espace qui nous entoure ? Ce qui signifie que le changement social que l’on attend, dépend uniquement de nous, de notre attitude intérieure, la mutation est en nous. – See more at: http://www.provocateurdesourires.com/2013/08/faites-vous-partie-des-nouveaux-observateurs/#sthash.BhGxzUhy.dpuf
Psychobiologue, Co-créatrice et directrice artistique du Centre des Arts Holistiques à Paris – See more at: http://www.provocateurdesourires.com/2013/08/faites-vous-partie-des-nouveaux-observateurs/#sthash.3Ca6XY44.dpuf
Psychobiologue, Co-créatrice et directrice artistique du Centre des Arts Holistiques à Paris – See more at: http://www.provocateurdesourires.com/2013/08/faites-vous-partie-des-nouveaux-observateurs/#sthash.3Ca6XY44.dpuf
Psychobiologue, Co-créatrice et directrice artistique du Centre des Arts Holistiques à Paris – See more at: http://www.provocateurdesourires.com/2013/08/faites-vous-partie-des-nouveaux-observateurs/#sthash.3Ca6XY44.dpufsur le magazine des bonnes nouvelles Provocateurs de sourire
Psychobiologue, Co-créatrice et directrice artistique du Centre des Arts Holistiques à Paris – See more at: http://www.provocateurdesourires.com/2013/08/faites-vous-partie-des-nouveaux-observateurs/#sthash.3Ca6XY44.dpuf

(…) »Selon la nouvelle compréhension des choses tout ce qui survient dans nos expériences découle de ce que nous avons accepté comme vrai à l’égard de notre réalité. En fait nous ne sommes limités que par la perception que nous avons de nous-mêmes. Mais réalisons-nous que sommes habités de potentialités qui dépassent l’entendement ? La conscience de notre plasticité neuronale est là pour ébranler dès à présent notre vision du monde. Avec cent milliards de neurones et dix mille milliards de synapses, réalisons-nous aujourd’hui que les pensées que nous émettons ou recevons sont en mesure d’influencer les informations cellulaires ainsi que l’espace qui nous entoure ? Ce qui signifie que le changement social que l’on attend, dépend uniquement de nous, de notre attitude intérieure, la mutation est en nous. »

Prendre la responsabilité de nos croyances, les revisiter, pour les transformer à souhait, est la base à tous désirs d’ amélioration et d’ évolution dans notre vie. Nos croyances alimentent nos quelques 80 000 à 150 000 pensées par jour. Quand on sait que nos pensées sont le reflet de ce que l’on vit, autant dire, qu’il est très libérateur d’examiner nos croyances et les modifier pour nous sortir de nos carcans. Dans le prochain article, je vous partagerai le travail de Bruce Lipton, biologiste cellulaire auteur du livre « Biologie des croyances ». Il a fait la découverte majeure démontrant qu’il est possible de changer notre corps en modifiant notre façon de penser.

Source image
0

Pour faire bouger notre vie dans le sens que nous désirons, il y a un concept fondamental que nous devons connaître c’est celui du pouvoir de la pensée créatrice.

Changer sa vie, la faire évoluer, ou désirer mieux la comprendre sans être conscient que nos pensées sont créatrices de notre réalité, cela revient à faire qu’une toute petite partie du chemin.

Avant d’aller plus loin avec le concept de la pensée créatrice, nous allons d’abord voir comment fonctionne notre cerveau :

Nous avons chaque jour entre 80000 et 250000 pensées par jour. Certaines émanent de la partie consciente de notre cerveau et d’autres de la partie inconsciente. Elles sont autant positives que négatives. Voici avant tout, quelques précisions sur le fonctionnement de notre cerveau et plus précisément de notre conscient et notre inconscient :

NOTRE CERVEAU = CONSCIENT + INCONSCIENT :

La partie consciente du cerveau est volontaire, elle fixe des buts et juge les résultats. Le conscient prend en charge tout ce qui est rationnel, analytique, et logique. Vous utilisez votre conscient pour toutes vos tâches quotidiennes.

La partie inconsciente est involontaire. Elle exécute les buts fixés par le cerveau conscient et s’assure que les résultats correspondent bien aux buts fixés sans porter de jugement de valeur.

L’inconscient exécute aveuglément son programme à partir des données qu’il a emmagasinées et vous les retransmettra quand une situation identique ou proche, se représentera. Ces données construites tout au long de votre vie, ce sont vos propres pensées et croyances, celles que vous avez acceptées et celles de votre conditionnement familial, social et culturel. Elles vous façonnent petit à petit à votre pensée.

L’inconscient traite environ 4 000 000 000 (milliards) d’informations/seconde.

Le conscient n’en traite que 2000.

L’inconscient représente environ 83% de la masse totale du cerveau, contre 17% pour la partie consciente.

Au niveau du contrôle/perception/comportement, l’inconscient gagne haut la main avec 96 à 98%. Au niveau de la durée de la mémoire, la partie consciente est d’environ 20 secondes, alors que pour l’inconscient elle est infinie.

Pour résumer : notre réalité, c’est-à-dire les résultats de notre vie sont orchestrés par notre partie consciente avec l’influence de tout ce que contient notre inconscient.

C’est pourquoi il est essentiel de faire émerger les pensées de notre inconscient pour les modifier, les effacer et ainsi créer une réalité qui nous convient!

La respiration consciente est une technique qui facilite l’émergence de nos pensées et croyances inconscientes et l’intégration des affirmations qui effacent ces pensées négatives.

EXEMPLE CONCRET POUR ILLUSTRER LE CONCEPT DE LA PENSEE CREATRICE :

Supposons que vous êtes célibataire, et souhaitez trouver le partenaire parfait pour vous.

Votre conscient exprime : je souhaite rencontrer le partenaire de mes rêves, je veux vivre ça, ça et ça avec lui. Parfait vous savez précisément ce que vous désirez.

Votre inconscient (sollicité par le conscient) exprime au sujet des hommes : « les hommes sont tous égoïstes, ils ne pensent qu’à leur petit monde ». Votre inconscient a peut être entendu cette pensée de l’ entourage de votre enfance. Plus tard vos expériences amoureuses se sont sans doute déroulées conformément à cette croyance. Vous avez vécu une histoire avec un homme passionné de foot qui passaient le samedi soir devant le match et le dimanche à jouer des tournois puis avec un autre accro à son boulot qui finissait à des heures impossibles, au point d’en oublier votre anniversaire!

Donc aujourd’hui, vous désirez plus que tout rencontrer l’homme de votre oui, ah ça oui!

Vous savez dans les moindres détails ce que vous voulez vivre avec lui. MAIS, vous ne réalisez pas que votre conscient lance une intention avec la lourde programmation de votre inconscient  » les hommes sont égoïstes ». Quand on sait que notre inconscient influence neuf fois plus nos résultats que le conscient. Inutile de vous dire que le prochain partenaire sera sûrement le champion du monde des égoïstes sauf si vous prenez conscience de votre énorme à priori sur les hommes et décidez de le modifier. Auquel cas votre futur partenaire sera enfin tout sauf égoïste.

Déprogrammer nos pensées négatives nous demandent de l’attention ‘j’observe très souvent mes pensées) et l’intention ( je sais ce que je veux, et je suis déterminée à pratiquer les pensées en accord avec).

Si vous sentez qu’il est grand temps de faire le ménage de l’inutile dans votre cerveau, contactez-moi.

Si vous souhaitez recevoir les schémas suivants en version PDF pour les lire plus facilement, adressez-moi vos demandes par mail ou via un commentaire! 🙂

Cerveau = Conscient= insconscient Cerveau = conscient +inconscient
0

En ce printemps 2015, je suis assistante pour la formation de praticiens en Respiration Consciente à Paris. Au cours de cette expérience je vois un groupe de 18 personnes en pleine évolution ou plutôt en pleine révolution intérieure. Ce qui révolutionne leur vie, c’est le concept de responsabilité.

Dans mon dernier article, (si vous ne l’avez pas lu je vous invite à le lire ici avant de poursuivre) j’évoquais le concept de la pensée créatrice qui nous mène directement à celui de la responsabilité.

VOTRE VIE REFLETE VOS PENSEES, VOUS ETES DONC LE SEUL ACTEUR DE VOTRE VIE :

Si le principe de la pensée créatrice a fait sens en vous, vous êtes alors prêts à passer à l’étape suivante, c’est-à-dire admettre que :

« Vos pensées créant votre réalité, vous êtes seul responsable des résultats que vous obtenez dans votre vie »

Il y a deux manières de réagir à la notion de responsabilité :

  • « Quelle bonne nouvelle » : si je suis le seul créateur de ma vie alors je peux me mettre à créer la vie que je désire, car ma seule limite c’est moi !

ou

  • « J’y crois pas « (et ça peut mettre en colère certaines personnes), dans ces cas là, les personnes ont tout de suite un exemple qui leur vient à l’esprit, EX : « si je tombe et me casse la jambe, je n’ai pas pensé à me casser la jambe ? » Bien sûr que non, nous ne décidons pas ouvertement de nous casser une jambe, mais si vous avez des pensées sur la vie du style : « la vie est injuste » – « la vie s’acharne sur moi ». Il y a de grandes chances que vous viviez des complications dans votre vie donnant raison à vos croyances sur la vie.

CE QUE JE VOUS PROPOSE DE RETENIR SUR LA RESPONSABILITE :

– Je suis responsable à 100% de ma vie, dès lors que je suis conscient que mes pensées reflètent ma réalité.

– Je ne suis pas responsable de tout ce qui m’arrive, mais je suis responsable de ce que j’en fais, c’est-à-dire de ma manière de percevoir chaque situation.

– En acceptant de prendre la responsabilité de mes pensées et actions, j’accepte de prendre les rênes de ma vie et de ne plus me voir victime d’une situation ou d’une relation. Dans mon prochain article, je vous parlerai de la plus grande limite à repérer chez vous, car elle est à l’origine de toutes vos difficultés, oui TOUTES vos difficultés!
0

Il Y A FORCEMENT UN POINT DE DEPART :

Avez-vous la sensation que malgré votre engagement à faire évoluer votre vie, vos relations et bouger vos limites, il reste une énergie que vous ne parvenez pas à débloquer?

Vous êtes conscients de vos schémas récurrents, mais vous n’en sortez pas pour autant ?

Eh bien, j’ai juste envie de vous dire :  » Welcome!  » Vous êtes au bon endroit, pour comprendre ce qui vous a inscrit dans un espace de répétitions, dont vous voulez vous défaire. Il y a un point de départ à tout ce que vous êtes et tout ce que vous faites, c’est précisément ce que le Rebirth peut vous aider à défaire. Défaire l’origine de toutes vos difficultés et souffrances, c’est toute l’ambition du Rebirth.

TOUT SE JOUE AVANT ET PENDANT VOTRE NAISSANCE

« Rebirth » en anglais signifie « renaissance ». Le Rebirth ( ou Respiration Consciente) en tant que méthode de développement personnel, part du principe que tout ce que nous sommes, c’est-à-dire notre manière d’être, d’agir et de penser trouve une grande réponse dans les premiers instants de notre vie. Et les premiers instants de notre vie démarrent dès notre conception, suivie de la vie intra-utérine puis de la naissance.

QUE SE PASSE T-IL A VOTRE CONCEPTION?

La conception au sens du Rebirth peut se résumer à l’énergie, c’est-à-dire aux conditions émotionnelles et à l’intention du père et de la mère au moment ils conçoivent leur enfant. En d’autres termes, est-ce qu’ils désirent l’enfant au moment où ils le conçoivent? est-il planifié? est-il désiré de son sexe?…

Toute les intentions des parents lors de la conception influencent la vie future de l’enfant, à commencer par sa vie intra-utérine. Je m’explique : si un enfant né, alors que ses parents ne le désiraient pas consciemment et qu’il n’était pas prévu au moment où il est venu, la tendance pour cet enfant à l’âge adulte pourrait être : une sensation récurrente de ne pas être au bon endroit, ni au bon moment! Il n’est pas question de mettre des personnes dans des cases, ni de prendre nos parents comme responsables de nos difficultés. Il s’agit de repérer la cause probable et surtout bien ancienne et bien ancrée qui traduit notre état d’être à l’âge adulte.

Quand on sait pourquoi, on peut plus facilement se concentrer sur le comment. En sachant d’où viennent nos habitudes en matière de pensées et d’expériences, il est plus aisé d’orienter nos pensées vers ce que nous voulons vraiment, en nous délestant de nos conditionnements.

Cela rejoint les propos du Dr Bruce Lipton qui explique que ce sont les croyances avec lesquelles vous grandissez qui créent le problème. Voir mon article inspiré de Bruce Lipton ici. Ces croyances émanent de votre famille, de la société mais pas de votre propre expérience. C’est de là que naissent vos difficultés, car vous vous retrouvez à vivre la vie des autres puisque vous évoluez avec leurs croyances. En créant délibérément vos propres croyances et vos pensées, vous commencez à vivre la vie que vous voulez. Grandir et se sentir plus libre c’est penser par soi même.

LA VIE INTRA-UTERINE EST FONDAMENTALE POUR LA VIE FUTURE

La vie intra-utérine est aussi importante que la conception. Elle y est étroitement liée. Il n’ y a pas de séparation entre le corps et l’esprit et ce principe s’étend de la maman au bébé. Tout ce que vit et ressent la maman, le bébé l’entend, le ressent via le placenta. Les premières réactions du bébé se passent 4 mois après sa conception. Il réagit au froid/ à la chaleur, aux substances douce/amer, à la lumière. Durant la grossesse le bébé perçoit de sa maman : – ses rythmes de vie, – son imagination, – ses relations psychoaffectives, – ses apports nutritionnels et – ses stimulations sensorielles.

Autant dire que cette étape est fondamentale vu que le bébé est en plein développement physique et émotionnel. Plus la maman est épanouie durant sa grossesse, meilleur sera le développement de l’enfant. Les sentiments et les pensées de la mère sont transmis au bébé qu’il enregistre dans son subconscient. Ils influencent ainsi sa personnalité future.

Et j’ajouterai à cela, que plus la grossesse est sereine et épanouissante, mieux se déroulera la naissance.

Si la conception et la vie intra-utérine laissent une empreinte sur la vie future de l’enfant, la naissance n’en demeure pas moins aussi un facteur influençant son avenir.

Dans mon prochain article, je traiterai la naissance et son impact sur la vie d’adulte.

 

0

Je lance aujourd’hui une nouvelle catégorie d’articles que je nomme  » Ca vient du coeur ! « 

De l’intention à la réalité, il y a tout un cheminement

Le 1er août dernier en lançant mon blog, je débordais d’envie de partager avec vous tout ce que j’ai lu, appris et expérimenté pour vivre d’une manière plus épanouie, libérée et harmonieuse!

En faisant évoluer ma vie, je souhaitais évidemment transmettre ce qui a marché pour moi! Surtout que je suis animée depuis toujours, par le fait d’ écouter des personnes et les booster dans des moments délicats de leur vie! Oui, la vie est si délicieuse et si simple quand on l’envisage sous le bon angle!

Seulement voilà….dès lors que j’ai voulu écrire mes premiers articles, je me suis retrouvée paralysée, pas inspirée ou plutôt trop inspirée! Des idées, des thèmes, j’en avais à la pelle. J’avais envie de partager, d’aider, de susciter des déclics chez mes lecteurs, tout en me disant que je devais plaire pour être lue. Donc mon blog fut un enfer au début!

9 mois après l’ouverture de mon blog, le bilan est positif vu que j’écris avec plaisir, facilité et surtout régularité! J’ai appris petit à petit à écrire non pour plaire aux autres, mais avant tout pour que ça ait du sens pour moi.

Pourquoi l’enthousiasme ne suffit-il pas pour réussir?

Je vous raconte tout cela aujourd’hui car la semaine dernière, je n’avais pas d’idée précise d’article….la panique a alors pointé le bout de son nez : mais que vais-je écrire d’intéressant? J’ai alors médité sur le fait que je n’ai pas à écrire un article avec l’intention qu’il soit intéressant, mais qu’il soit avant tout authentique! N’est ce pas ce que vous cherchez sur un blog ? Un contenu qui a une âme, qui vous touche et vous déconnecte du reste, le temps de sa lecture… Je l’ai appelé « ça vient du coeur » car il est né de ce que je ressens et non de ce que je pense. Ma petite voix m’a dit :  » Parle avec ton coeur Camille » et voilà ce que j’ai eu envie de vous écrire aujourd’hui : vous partager simplement un bout de moi. C’est sans fard, que je vous avoue que j’ai mis du temps à être plus à l’aise sur mon blog, que j’ai mis du temps à intégrer ( émotionnellement et non intellectuellement) que l’important c’est de parler davantage avec ses tripes et pour son plus grand plaisir!

Etre au lieu de faire, être soi au lieu de chercher à plaire! Etre, c’est s’autoriser ce qui nous réjouit, nous nourrit car notre état naturel c’est la joie et la sérénité!

A la semaine prochaine!

 

0

On mise souvent tout sur le premier jour de la rentrée. On espère qu’il tombera sur la plus gentille des maîtresses, qu’il ne pleurera pas, qu’il retrouvera ses camarades préférés…pour les tous petits on croise les doigts qu’il n’y ait pas d’accident de pipi….Beaucoup de critères avec lesquels les parents se stressent et contaminent leurs enfants au passage.

LE JOUR J

Puis le grand jour est là. Mais quel grand jour ? La rentrée des classes, oui et alors pourquoi en faire tout un poème ? Parce que bien souvent le premier jour n’est pas le reflet de ce qui se passera tout le reste de l’année.Votre enfant n’a pas pleuré et vous pensez que c’est gagné. Ou bien il a pleuré à vous en déchirer le coeur. Pas de conclusion hâtive dans les deux cas. Chaque jour se suivent et ne se ressemblent pas.

LE DEUXIEME JOUR D’ECOLE

Le second jour est souvent bien plus révélateur que le premier. Votre enfant sait ce qui s’est passé la veille. Et en fonction de ce qu’il aura ressenti, il abordera ce second jour avec plus ou moins d’appréhensions.

Et c’est là, que commence le travail de parents d’écolier ; accompagner son enfant avec beaucoup d’attention pour lui donner avec justesse la confiance et la sécurité affective dont il a besoin.
  1. L’attention, c’est d’abord à vous que vous la porterez. Quelles sont vos principales inquiétudes en voyant votre enfant aller à l’école ? N’êtes-vous pas influencés par votre propre expérience d’écolier (même si elle date d’au moins 30 ans, rappelez-vous que votre cerveau réagit à partir de données inconscientes c’est-à-dire à partir du connu, du déjà vécu). Si vous avez de mauvais souvenirs de votre enfance, il est temps d’en être conscient et de les laisser de côté pour ne pas les transférer sur celle de votre enfant.
  2. Nourrir la confiance et la sécurité affective de votre enfant, c’est d’abord le voir grand et capable de s’adapter même s’il est haut comme 3 pommes. Tout ce que vous pourrez dire à votre enfant sera alors imprégné de cette conviction qui l’aidera à prendre confiance en lui. Ecoutez ses appréhensions, faites lui savoir que vous comprenez ce qu’il ressent, mais faites lui entendre que vous avez confiance en lui et qu’il est bien plus grand que ce qu’il dit. Pour qu’il se sente à l’aise et confiant sans Papa et Maman dans un univers inconnu et intimidant ; murmurez-lui que vous l’aimez, que vous êtes fier de lui et que vous êtes toujours prêts de lui. Vous êtes toujours prêts de lui car vous pensez souvent à lui, même au travail. Dites lui qu’il n’a qu’à fermer ses yeux en pensant fort à vous, il pourra sentir votre présence. Vous pouvez aussi lui donner un objet genre un coeur en papier remplis de bisous de Papa et Maman qu’il garde toute la journée. Lorsque vous le déposez à l’école, parlez lui de ce que vous ferez le soir après l’avoir récupéré à l’école. Il sentira que la séparation avec Papa et Maman n’est que temporaire et que la vie familiale va reprendre avec telle ou telle activité. C’est à vous de sentir ce qui peut apaiser les appréhensions de votre enfant. S’il a un animal à la maison, parlez en sur le chemin de l’école. Parlez-lui de tout ce qui le ravit et valorisez le. Mais ce qui est valable un jour ne le sera peut être plus le lendemain, donc pensez à innover.

J’espère que ces quelques exemples vous aideront à élever vos enfants sur leurs éventuelles difficultés liées à l’école.

Vous souhaitez davantage de conseils pour aborder avec plus d’intuition et d’innovation les questions d’écoles, contactez-moi.

0

En tant que coach de vie, j’accompagne mes clients à penser différemment pour vivre plus libres et plus heureux. POURQUOI LA BASE DE MON TRAVAIL EST AXEE ESSENTIELLEMENT SUR LA NATURE DE LEURS PENSEES ? 1° Parce que le jour où j’ai pris conscience de l’impact de nos pensées sur notre vie, j’ai compris la cause des difficultés les plus tenaces de ma vie. Et j’ai enfin commencé à vivre plus librement et plus sereinement, en envisageant de nouvelles solutions et possibilités. 2° Parce que je n’ai pas trouvé de solution plus efficace et plus puissante pour améliorer la qualité de vie et se créer une vie sur mesure. LAISSEZ MOI MAINTENANT VOUS EXPLIQUER COMMENT AGISSENT VOS PENSEES SUR VOTRE VIE :
  • Elles ne se contentent pas de tourner en boucle dans votre tête. Elles rayonnent bien au-delà de votre esprit.
  • Elles émettent une fréquence vibratoire.
  • Vos pensées sont de l’énergie et génèrent les résultats et expériences de votre vie.
«  Vous ne pouvez pas résoudre un problème avec le même mode de pensées qui l’a créé. » A.EINSTEIN 2 exemples pour illustrer mes propos : Ex 1 : Vous avez 25 ans, vous avez fini vos études et vous cherchez votre premier emploi. Vos pensées : «  C’est la crise, il n’ y a pas d’emploi dans mon domaine. Je suis jeune diplômé et je n’ai pas assez d’expérience » Résultats : Vous trouvez peu d’offres d’emploi. Et les réponses à vos candidatures sont négatives pour le motif que vous manquez d’expérience. Ex 2 : Vous êtes une femme et vous recherchez un nouveau partenaire. Vos pensées : «  De toute façon les hommes sont tous égoïstes, les mecs bien sont déjà pris » Résultats : vous rencontrez que des hommes très centrés sur eux-mêmes et les hommes qui vous semblent attentionnés sont déjà en couple. C’est pourquoi, à l’occasion de cette rentrée, je vous propose d’être plus attentif à la qualité de vos pensées. Et cela principalement dans les domaines de votre vie les plus compliqués et les plus insatisfaisants. Enregistrer Enregistrer
0